QUELQUES RENSEIGNEMENTS DES ALENTOURS

 

Alcudia, qualifiée par beaucoup comme la ville monumentale de Majorque, occupe une étendue de 60 km2. Cette ville, comme sa voisine Pollença, a vécu des moments de grandeur, même si une grande partie de cette histoire a été écrite sur les lances et les enclumes.

 

Reflet de ce passé, de guerre, dont la bataille de Germanias au XVIe. s. a marqué le cap de son évolution: le rempart qui entoure la ville et de laquelle encore aujourd’hui il reste une partie. Sa construction, en deux étapes, commença en 1298 pour se défendre des fréquentes attaques de pirates qui assiégeaient la côte. Quelques siècles plus tard, plus exactement au XVIIe. se finit la deuxième étape de la construction du rempart qui protégea la ville jusqu’au XIXe.

 

En 1963, quand restait encore un tronçon intact du rempart, il fut déclaré Monument Historique Artistique. Le patrimoine architectonique et culturel d’Alcudia est extremement riche. Se promener dans les étroites et irrégulières ruelles médiévales de la ville, est un voyage dans le passé dont les traditions restent vivantes.

 

Le plus grand héritage historique de cette ville, en plus des ses remparts, est la ville romaine de « Pol•lentia » fondée par le romain Quinto Cecilio Metelo en l’an 123 av. J. C. sur les ruines d’un ancien village « talayotique ». Cette ville fût détruite au Vème. s par les vandales. Les dimensions de l’enceinte étaient, et restent impressionnantes. Son état de conservation est très bon, ainsi que le Théâtre romain, situé à 1 km. du centre ville. Á proximité de ce lieu des tombeaux creusés dans le rocher furent découverts, car le site fût utilisé comme cimetière par les Sarrasins. Pendant l’époque musulmane (X-XIII siècles) Alcudia et Pollença faisaient partie du District d’Albulânsa jusqu’à la fin de la reconquête chrétienne quand Jaime I partagea l’île en huit. La plus grande partie de la zone nord passa sous le contrôle des chevaliers de l’Ordre du Temple.

 

La meilleure façon de connaître les découvertes archéologiques d'Alcudia, á part se promener dans ses rues, est la visite du Musée Monographique de « Pol•lentia », situé dans un ancien hôpital du XVe. s. Celui-ci se trouve près de l’église Saint Jaume, saint-patron de la ville, de style gothique, bien que le temple actuel date de la fin du XIIIe. S., date à laquelle fût construit le rectorat et le cimetière, au même endroit où existait déjà un petit oratoire. D’autre part, se trouvent plusieurs constructions que l’on se doit de visiter, car leurs valeurs historiques et artistiques sont á tenir en compte. La première est l’oratoire de Sainte Anne, une de plus ancienne église gothique de Majorque, située tout près du Théâtre Romain. La deuxième, l’ermitage de Son Fe, dans la colline homonyme ; l’oratoire de Saint Martin, à l’intérieur d’une grotte sous terre et le Sanctuaire de la Victoria, placée sur la colline du même nom à 450 m. d’altitude. Près de ce lieu se trouve l’Atalaya d’Alcudia, une tour de défense qui à une certaine époque fût cataloguée comme la plus haute de l’île. Bien que sa construction remonte au XVIe s., deux siècles plus tard elle fût détruite par un orage et de nos jours, malgré sa réforme partiale, il n’en reste que quelques vestiges. Ce lieu est un excellent mirador pour contempler les baies de Pollença et Alcudia. En ce qui concerne cette dernière, il est intéressant de savoir qu’elle est présidée par deux îlots : Alcanada et Es Porros, la seconde est une ancienne nécropole de l’époque talayotique appartenant à la ville voisine de Santa Margalida.


Tout le long de la côte d’Alcudia, selon les légendes, il existe des épaves de bateaux romains. Parfois, le mythe se transforme en réalité et des épaves furent découvertes et soumises à de rigoureuses études. Une chose est claire, la région peut se vanter d’avoir de magnifiques plages qui, très souvent, font le régal des touristes. Si vous souhaitez des sites plus isolés, vous pouvez vous diriger vers les multiples calanques discrètes au difficiles accès, distribuées dans toute la baie.

 

Une autre route recommandée est celle qui va jusqu’au Port d’Alcudia, dont les installations portuaires datent de l’époque médiévale. Le registre en tant que port officiel apparaît, pour la première fois, dans les cartes marines d’Angelino Dulcet, en 1327. Une fois sur place, vous pouvez en profiter pour déguster les délicieux fruits de mer poissons frais qu’offrent les restaurants de la zone.

 

Les fêtes patronales d’Alcudia sont : le 25 Juillet, la « Sant Jaume ». Le 2 Juillet, le pèlerinage à l’ermitage de la Victoria, dont la tradition se fête en mangeant le « panades ». Une autre coutume qui se conserve et d’origine inconnue, d’après les villageois, a lieu le jour de la communion solennelle lorsque les parrains offrent à leurs filleuls un collier de bonbons et sucreries, connu comme « rotllo ».

 

Le marché hebdomadaire se tient le mardi et le dimanche sur la place de la « Victoria ».